Je compense mes vacances

J’ai honte… Cette année, pour notre voyage annuel à la Côte d’Azur, mon mari et moi voyageons séparément. Lui prend la voiture, les bagages et notre Dogue Allemand. Moi, je prends notre petite Jeanne en avion… Elle a tout juste six mois, et nous redoutions la durée du voyage.

Pour une écolo, c’est franchement pas joli-joli :(

Du coup, je me suis dit qu’au minimum, je pouvais compenser mon voyage. En tapant “Je compense mes vacances” sur Google, je suis tombée sur www.compenCO2.be. Un site similaire existe en France, et je ne doute pas que ce soit également le cas au Quebec et ailleurs en francophonie.

Une demi tonne de CO² = 12,25 €

En faisant le petit calcul, j’apprends que mon voyage en avion coûtera à la planète l’émission de 540 kg de CO² (soit un peu moins d’un cinquième du budget annuel moyen en CO² de mobilité d’un belge), qu’en TGV ça n’en aurait coûté que 130 et en bus 110.

Le site me propose de compenser les émissions en CO² de mon voyage en avion en payant la somme de 12,25 €, ce que j’ai fait rapidement et simplement, à l’aide de ma carte de crédit.

Compenser, mais comment ?

Par tonne d’émission de CO2, vous payez 25 € à CompenCO2 a.s.b.l. Après déduction de 10% de frais administratifs, CompenCO2 investit le reste (22,50 €/tonne) dans des projets en Afrique, Asie et Amérique latine qui diminuent immédiatement l’équivalent de cette émission, ou évitent que le développement ne mène à plus d’émission de CO2. CompenCO2 investit par exemple dans la production d’électricité avec des éoliennes dans des villages indiens qui permettent d’avoir un frigo ou une lampe pour s’éclairer le soir, sans voir la charge sur le climat augmenter. Le montant de 22,50€/tonne correspond environ à l’investissement nécessaire dans un projet qui mène à l’économie d’une tonne d’émission de CO2.
D’autre part, CompenCO2 investit aussi dans des projets qui ne mènent pas à des économies de CO2, mais qui aident les habitants dans les pays en voie de développement à faire face aux conséquences souvent dramatiques du changement climatique – les récoltes manquées, les épidémies, etc.

CompenCO2 vous envoie ensuite un certificat de votre compensation sur lequel la quantité de CO2 compensée et le montant payé pour cela sont mentionnés.

Bon, voilà, j’en suis pas plus fière que ça… mais c’est déjà ça, non ? Puis si tout le monde compensait un peu ses émissions (d’ailleurs, pour rappel, ce blog est neutre en émissions carbone), ça ferait de beaux budgets pour le développement de projets durables dans les pays qui n’ont pas encore fait les mêmes erreurs que nous.

  • Share/Bookmark
This entry was posted on Monday, June 28th, 2010 at 8:43 pm and is filed under Consommation, Loisirs, Transport. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.

Post a Comment